Adieu les cons

Un buste en blouse blanche, une silhouette à l’arrière-plan, le tout filtré d’un bout à l’autre du cadre par un écran où scintillent des poumons fragiles. Puis le visage de la patiente, qui se regarde une dernière fois dans le couvercle relevé d’une poubelle métallique, avant d’accepter l’inévitable. Dès les deux premiers plans, Adieu les cons contient tellement de cinéma qu’on a du mal à se concentrer … Continuer de lire Adieu les cons